Naissance d'Anaël

Publié le par Magali

Récit de naissance d'Anaël (06/08/06)

Quelle bonne nouvelle d'apprendre que je suis enceinte, dans quelques mois nous serons 4 !
Comment faire naître le plus naturellement ce bébé sans lui faire subir la panoplie médicale à laquelle Benjamin a eu droit il y a deux ans ? J'ai beaucoup lu sur le sujet, je sais aujourd'hui que nombre d'actes médicaux automatiques ne sont pas toujours nécessaires voir néfastes.
L'idée d'accoucher à la maison fait son chemin dans ma tête, j'ai rencontré des mamans qui l'on fait, mon mari trouve que ce serait mieux. Mais comment trouver une sage femme disponible entre le 1er et 15 Aout, elles sont si peu à le faire ?

C'est ainsi qu'en discutant sur un forum, une maman me donne les coordonnées d'une sage femme de Nantes qui se déplace aussi loin (1h 30 de route). Et quelques jours plus tard, grâce à Caroline, je rencontre Joëlle. Elle accepte d'être là mais ne peut garantir sa disponibilité car je suis sa maman "joker". Elle fait habituellement 4 accouchements par mois et je suis la 5ème !
Elle a accepté car elle nous sentait prêts et motivés tous les deux.

Les mois passent, me voilà avec un bon bidon, toutes les conditions sont bonnes (bébé tête en bas...).
Et puis, le 6 Août, 6 jours avant les prévisions...La journée commence comme un dimanche habituel, je guette les signes car j'ai vraiment envie d'accoucher avant la fin de semaine.
Ma mère arrive Jeudi et comme elle n'est pas au courant de notre choix je préfèrerais que le bébé soit là avant...

Il est 14 heures, Benjamin réclame sa tétée pour la sieste et, comme depuis plusieurs jours, s'en suit une série de contractions. Je trouve qu'aujourd'hui elles sont bien plus régulières et surtout plus nombreuses. A 15 heures j'en ai toujours mais se sont des vaguounettes, alors je ne m'arrête pas trop dessus car je ne veux pas me donner de faux espoirs.
Je décide de me laver (j'étais encore en pyjama) et au moment d'aller dans la douche, je me dis "tiens non, je vais plutôt faire un bain, ça fait longtemps"
Finalement je fais trempette pendant une heure quand même ! Il fait beau et chaud aujourd'hui, ça m'a fait du bien.

Vers 16 h 30, Benjamin se réveille et l'on prend le goûter ensemble, tous les trois (pour la dernière fois, mais ça je ne le savais pas encore...). Je mange une pêche et Benjamin récupère la fève dans le noyau. Il veut la planter, ok après le goûter.
Et là, j'ai une énorme douleur dans le bas ventre, comme si on broyait mes intestins. Je marche pliée en deux et je ne sais pas comment me mettre. C'a m'est déjà arrivé jeudi dernier, j'ai du aller chez la voisine car je ne pouvais pas m'occuper de Benjamin. Et là c'est encore plus fort.
Je m'allonge dans le canapé et finalement ça va mieux mais j'ai pas trop envie de bouger.

Simon et Benjamin s'attellent à planter le pêcher et vont récuperer l'eau de mon bain pour arroser la graine et les plantes de la maison par la même occasion.
Il doit être 17 h 30 maintenant, et je sens que les contractions commencent, elles sont douces mais régulières. A 18 h je dis à Simon que oui je suis sûre maintenant que ça a commencé.
J'ai des contractions toutes les 5/6 minutes. Je suis toujours allongée sur le canapé et je ne suis pas bien. Mais assise c'est pire ! Alors, je commence a marcher, je fais les 100 pas dans la maison, en évitant le bazard qui traine par terre et il y en a vraiment beaucoup !
Je vais de nombreuses fois aux toilettes et pour pas grand chose car je suis si mal en position assise que je ne me détend pas assez. Je suis assise, puis j'ai la nausée. Je vomis : vive le lave main en face de moi ! Il est 18 h 30, je me dis : "là il faut que j'apelle Joëlle".

Elle est dispo, doit repasser chez elle, puis direction Sens de bretagne. Elle me rapelle en partant. Ouf, elle sera là, je ne serais pas obligée d'aller à la mater.
Benjamin et Simon sont dehors, Simon vient me voir de temps en temps, je lui demande de ranger vite fait le bordel, il y a des jouets partout ! Benjamin nous rejoint, il est excité comme une puce et là je me dis que non, je préfère qu'il parte, j'ai besoin d'être tranquille.
Simon appelle ses parents. Ils sont à Saint Malo et pensent en avoir pour 45 mins mais on est dimanche soir, il fait beau, donc il y a plein de monde à Saint-Malo du coup, ils n'arriveront qu'à 20h à la maison.
Pendant ce temps je marche encore, je n'ai pas fait autant de kilomètres ces dernières semaines réunies !

Joëlle appelle, elle part, il est 19 heures. Je me dis qu'il faut que je tienne jusqu'à 20 h 30. Ca devrait aller. Après, elle va me sauver, c'est étrange ce sentiment !
J'ai des contractions toutes les 2 minutes environ et à part certaines, un peu plus puissantes, je me sent bien.
A 19 h 15, je ne peux plus marcher, ça pèse trop lourd, j'ai besoin de m'aggripper à chaque contractions. Je pense que dans un bain se sera bien, je monte faire couler l'eau.

Simon s'occupe toujours de Benjamin, dehors, il vient me voir parfois mais ça ne me gène pas qu'il ne soit pas à côté de moi. D'autant que vraiment, je sens que je ne veux pas que Benjamin me tourne autour. Pendant la vague de la contraction, j'ai besoin d'une sensation de calme comme s'il fallait que le temps s'arrête.
Je suis là dans ma baignoire, allongée sur le côté avec une toute petite bassine dans la main pour m'arroser le ventre qui dépasse généreusement de l'eau.
20 h, je commence à avoir froid, je remet un peu d'eau chaude mais j'ai pas envie de tout remplir une deuxième fois, ça ferait un énorme gâchis d'eau et la capacité du ballon électrique ne pourrait pas suivre longtemps comme ça. (J'avais encore ma logique écolo habituelle malgré tout !).

Mes beaux parents arrivent, Simon monte avec Benjamin pour le "bisou, à demain!". Benjamin fait des yeux ronds, mi-étonné, mi-amusé de me voir comme ça.
Il doit être 20 h 15 quand Simon remonte, j'ai froid, il va chercher les 2 bouilloires électriques et c'est parti pour le réchauffage de l'eau. Quelques litres d'eau bouillante de temps en temps suffisent à maintenir le tout au chaud.
Le téléphone sonne, c'est Joëlle, elle ne sait plus quelle sortie de la rocade de Rennes elle doit prendre et il est dèjà 20 h 30. Elle en a encore pour 30 bonnes minutes jusqu'à la maison.
J'ai vraiment besoin d'elle, je sens qu'elle va m'aider à tenir le coup et je dois encore attendre tout ce temps. Cela fait trois heures que tout a commencé, je me demande combien d'heures il faudra encore. Je suis scotchée au réveil.

Finalement, les minutes s'écoulent assez vite et à 21 h, Joëlle arrive. On a entendu la voiture sur les graviers. Simon descend l'accueillir et je trouve que cette demi-heure passe aussi très vite, le temps de se dire bonjour, de voir comment ça va.
J'ai envie de savoir où j'en suis. Joëlle pense que je dois sentir au fond de moi que c'est bientôt la fin. Effectivement, je sens que pendant chaque contraction, il y a une pression à l'intérieur.

Depuis le début, j'accompagne la contraction par une sorte de halètement bref, Joëlle me propose d'essayer d'expirer davantage pour faire baisser mon diaphragme et pousser le bébé vers le bas par la même occasion. C'est efficace car au bout d'1/4 d'heure, je sens bien le bébé s'engager dans le bassin et je l'aide chaque fois à descendre plus bas. Mais lors de
chaque "repos", il remonte. Simon, lui, me tient la jambe gauche en l'air et Joëlle est là pour me dire c'est bien et c'est exactement ce dont j'ai besoin sans plus.
Je suis toujours sur le côté mais la tête du bébé est dans le bassin, je ne peux plus refermer les jambes, et là Simon fatigue beaucoup du coup je fatigue aussi car j'essaie de faire fonctionner mes abdos pour tenir dans cette position. Je pert le bouchon muqueux, puis 2 ou 3 contractions après, la poche des eaux se romp.

Joëlle me demande si je veux essayer de bouger pour me mettre acroupi ou à quatres pattes.
C'est cette dernière solution qui me semble la mieux et effectivement je sens que j'ai de la force pour bien pousser. Je me met à crier très fort (pour ne pas dire hurler) pour accompagner la poussée, c'est plus fort que moi, ça aide à faire descendre le diaphragme à fond.
Je bois entre chaque contraction, elle ne me font plus vraiment mal d'ailleurs. Mon verre d'eau est posé sur l'accoudoir de la baignoire, Simon le remplit à chaque fois.

Au bout de quelques poussées, je le sent, mon bébé, qui est là contre mon périné. Joëlle me dit d'aller doucement.
Il est bien descendu et est prêt à passer mais il remonte avec la fin de la vague de contraction,
Joëlle m'encourage : -"C'est bientôt, encore 4/5 ou 10 comme ça et votre bébé est là."
Moi je réponds -"4/5 ou 10 ???"

Il descend encore et là il reste comme coincé contre mon périné, je sens la boule de sa tête, j'ai hâte maintenant car cela fait vraiment horriblement mal. Cette douleur est unique, intense, disons que je n'en avais jamais eu de similaire avant, ça brule tellement le périné est tendu.
Il a du rester comme ça 2 ou 3 contractions et d'un coup hop, la pression se relache, il a la tête de sortie.
A notre étonnement, il se met à pleurer, un vrai cri de nourrisson. Joëlle le retourne pour ne pas qu'il ait le sentiment d'être dans le vide. Et la dernière contraction arrive, je n'ai presque pas besoin de pousser, il est là, Joëlle le tient. Il est 22 h 12 au réveil, 22 h 06 en réalité. Je met mes bras vers le bébé et je le prends, le serre. Joëlle nous recouvre tous les deux de serviettes. Je suis assise dans l'eau (rouge ...) et l'on admire tous les deux ce bébé qui n'en finit pas de pleurer.

Je ne sais pas exactement au bout de conbien de temps on réalise que l'on ne sait pas si c'est une fille ou un garçon. Je soulève la serviette, c'est un garçon, bienvenue Anaël ! Joëlle nous laisse faire connaissance.
Cet instant est quasiment indescriptible, on est en train de tombé amoureux de ce bébé violet avec plein de vernix... Il est magnifique !

Le cordon arrête de battre, joëlle le clampte, Anaël est autonome.
Je commence à avoir un peu froid, Joëlle me propose d'aller sous la couette dans le lit (comme ça l'installation du lit n'aura pas servi à rien).
On allume une petite lampe, Anaël commence à téter et là j'ai envie que Benjamin revienne à la maison. Simon va prévenir ses parents que le bébé est là et leur demande si Benjamin dort déjà (ce qui aurait été extraordinaire).

Joëlle revient avec la "bassine à placenta" et sa lampe de poche et me dit qu'elle attend mon signal, si j'ai envie de pousser ? Non ? ah si ! et hop mon bébé est relié à la bassine !!
Simon revient et Joëlle lui propose de couper le cordon. Ce qu'il fait, elle récupère du sang du cordon (fameux rhésus négatif...). Mon périné est intact, rien à faire c'est super !

A 23 h, mes beaux-parents arrivent avec Benjamin. Simon dit à Benjamin -" Viens voir, il y a une surprise". arrivé là haut -" Bin elle est où la surprise ?" -"Là, dans les bras de maman !!"
Et Benjamin : -" C'est pas une surprise ça, c'est le bébé !!" Implaquable ...

Anaël dort paisiblement, puis se réveille. Joëlle en profite pour faire les premiers examens. Il pèse 3 Kg 750. Il n'aime pas être posé et retourne très vite dans les bras de papa, enroulé dans une serviette. Simon, ses parents, Benjamin et Anaël descendent dans le salon.
Moi, j'en profite pour faire une douche et Joëlle me propose de refaire le lit. Je lui montre les tiroirs.

Dans la douche, je regarde mon bidon tout flasque et je me dis ça y est ce bébé est là, on l'a fait !
J'en reviens pas, je l'ai mis au monde y a pas deux heures et j'ai déjà oublié les douleurs des contractions.
Joëlle m'aide à sortir de la douche et me dit que je n'ai pas perdu beaucoup de sang.
Je retourne dans le lit, je n'ai pas sommeil, je suis comme euphorique ! C'est un indescriptible sourire intérieur qui remonte jusqu'aux oreilles.

Il est aux alentours de minuit, Benjamin monte me rejoindre, il est fatigué et veut téter. Il s'endort en 5 mins et je le pose dans notre lit.
Je ne sais plus ce que je fais au juste de ce temps mais j'apelle ma mère et mon père vers 1 h du mat à peu près. Ah! si! Je sais : je mange des rondelles de concombre ! Je vais doucement, ça dure bien 3/4 d'heure.

Joëlle a préparé tous les papiers et vient m'expliquer tous les trucs. Anaël a un carnet de santé de Loire-atlantique du coup. Tout est là pour me rapeller cette naissance spéciale.
Joëlle s'en va, mes beaux-parents aussi. Simon met Benjamin dans son lit et pose Anaël endormi au milieu du lit. Il est toujours enveloppé dans une serviette. Il se réveille vite et Simon va l'habiller pour la première fois.
On passe notre première nuit à 4, Anaël est resté toute la nuit tout contre moi pour téter à volonté.
Début d'une nouvelle vie, d'un nouvel amour...

Nathalie, une autre sage-femme, vient me voir le soir pour voir si tout va bien. Et oui tout va bien... vraiment. Je ne ferais pas un marathon mais je n'ai pas cette sensation d'effondrement physique que j'ai eu après la naissance de Benjamin.
J'ai beaucoup apprécié la tranquillité des premiers jours, car nous n'avions prévenu que les gens très proches, donc ni coups de fils, ni visites. Ca change de la multitude de passages à la mater (infirmières, aide-soignantes, repas, sage-femme, puéricultrice, internes...).

Je termine ce récit, Anaël a déjà 4 mois (7kg500, 66 cms, 2 dents !) et j'ai l'impression que c'est loin tout ça et que quelques détails m'ont sans doute échappé.....mais ma baignoire, c'est sur, a maintenant quelque chose de spécial !

Publié dans Naissance respectée

Commenter cet article

Laly de G. 18/06/2010 23:09



Très beau témoignage... Malheureusement, je ne suis pas allée jusqu'au bout de mes démarches pour un accouchement chez moi pour mon premier bébé (il faut vraiment être proactive et savoir
exactement ce qu'on veut!)... Quelques regrets bien sûr. Et maintenant, je suis sûre, le prochain, ce sera chez moi !


C'est magnifique...



Morgane 19/07/2007 16:29

Oui, c'est Isabelle qui nous a accompagnés :-)C'était assez folklo, j'te raconterai ça un jour !

Magali 20/07/2007 15:18

Avec plaisir !

Morgane 16/07/2007 22:35

C'est super de lire ton récit de naissance Magali ! J'ai un doux arrière goût du mien (certes plus cahotique) en le lisant.... C'était il y a six mois déjà !A bientôt pour te rendre ton livre (j'ai pas encore tout lu).

Magali 17/07/2007 14:34

Tu as accouché avec Isabelle ?Chapeau en tout cas pour un premier bébé !A bientôt

julie 15/03/2007 12:53

C'est la 1ere fois que je viens sur ton blog, mais il m'a tout de suite parut très intéressant. Je dois accoucher dans un petit peu moins de 2 mois et si tout continue bien ce sera à la maison aussi. J'ai donc lu ton récit avec beaucoup d'émotions. Ca m'encourage et me conforte dans notre choix.

Magali 16/03/2007 09:37

Merci ! et bon accouchement...

Delphine 07/02/2007 10:36

ça donne envie ça c'est clair!félicitations pour cette belle "naissance respectée"à très bientot j'espèreDelphine

Magali 07/02/2007 10:56

Merci pour ton passage.Magali