L'allaitement est' il meilleur ?

Publié le par Magali

       Voici un article, trouvé sur le net (en VO) , dont je partage tout à fait le point de vue...difficile cependant de ne pas froisser !

Par Diane Wiessinger, MS, IBCLC

Traduction par Fiona M. Dionne.

 

Édition juillet-août du CCL

Fondations familiales 1996

 

Une consultante en lactation dit “Vous avez la meilleure chance de fournir à votre bébé le meilleur départ possible dans la vie, à travers le lien unique de l’allaitement. Les avantages pour vous et pour votre bébé dureront toute la vie”. Et puis la mère donne des biberons. Pourquoi ?

 

En partie, parce que ce baratin aurait pu tout aussi bien venir d’une publicité pour lait industriel pour bébé. Quand nos tournures et celles de l’industrie du lait infantile sont échangeables, l’un de nous s’y prend de la mauvaise manière…et ce n’est probablement pas les grandes industries. Voilà des tournures de langage qui à mon avis desservent nos bonnes intentions chaque fois que nous les utilisons.

 

1/ Meilleur possible, idéal, optimum, parfait

 

Etes-vous le meilleur parent possible ? Est-ce que votre mode de vie à la maison est idéal ? Donnez-vous des repas optimaux ? Bien sûr que non. Ce sont des objectifs qu’on peut admirer, pas des standards minimums.

Reformulons les phrases différemment. Est-ce que votre façon de materner est inadéquate ? Est-ce que votre style de vie à la maison est médiocre ? Donnez-vous des repas déficients ? Maintenant, ça blesse. Vous ne pensez pas être beaucoup au-dessus de la moyenne, mais vous ne voulez certainement pas être au-dessous de la norme non plus !

 

Quand nous (et les fabricants de lait artificiel) disons que l’allaitement est le meilleur moyen de nourrir les bébés car c’est une nourriture idéale, parfaitement équilibrée, pour une nutrition optimale, la réponse logique est « et puis ??? ». Notre propre expérience nous dit que ce qui est « optimum » n’est pas nécessaire : ce qui est normal est très bien. Mais ce que sous-entend ce langage c’est que la nourriture artificielle est absolument normale--et donc saine et adaptée. La vérité est que l’allaitement n’est rien de plus que normal. La nourriture artificielle, qui n’est ni la même, ni supérieure, est de surcroît déficiente, incomplète, et inférieure. Ce sont des mots durs, mais ils ont une place appropriée dans notre vocabulaire.

 

2/ Avantages.

 

Quand nous parlons des avantages de l’allaitement—des “taux plus bas” de cancer, des “risques moins élevés” d’allergies, du “lien plus profond”, du système immunitaire “plus fort”—nous renforçons encore le biberon comme étant une norme acceptable et acceptée.

 

Les comparaisons du niveau de santé utilisent une norme biologique et non pas culturelle, que les critères soient dommageables ou que bénéfiques : les fumeurs ont des taux plus élevés de maladie ; la supplémentation en acide folique durant la grossesse pourrait réduire les malformations fœtales.

Parce que l’allaitement est la norme biologique, les bébés allaités ne sont pas « en meilleure santé », ce sont les bébés nourris artificiellement qui sont malades plus souvent et plus gravement. Les bébés allaités ne « sentent pas meilleur », c’est la nourriture artificielle qui entraîne une odeur anormale et déplaisante qui reflète les problèmes dans le système digestif du bébé.

Nous ne pouvons pas envisager de créer une culture de l’allaitement si nous n’insistons pas dans notre langage, et dans notre littérature sur un modèle de santé ayant pour référence l’allaitement.

 

Nous ne devons pas laisser passer les phrases détournées des media et de nos amis. Quand nous ne réussissons pas à décrire les dangers de la nourriture artificielle, nous privons des mères d’une information décisive. Une mère qui a des difficultés avec son allaitement ne va pas chercher de l’aide juste pour recevoir une “médaille d’honneur”, par contre elle va peut-être appeler à l’aide si elle sait combien elle et son bébé ont à y perdre à arrêtant l’allaitement. Elle va être moins portée à utiliser un biberon de lait artificiel juste pour “habituer le bébé au biberon” si elle sait que le contenu de ce biberon peut être nocif.

 

L’illusion de la norme du biberon n’est nulle part ailleurs plus préservée que dans les réunions où l’on discute de développement cognitif. Quand je demande à des groupes de professionnels de la santé s’ils connaissent les études concernant le tabagisme parental et les QI des enfants, il y a toujours quelqu’un pour me dire que les enfants des mères fumeuses ont « des QI moins élevés ». Quand j’évoque l’étude sur les enfants prématurés nourris soit au lait humain soit au lait artificiel, il y a toujours quelqu’un qui sait que les enfants nourris au lait maternel sont « plus dégourdis ». Je n’ai jamais vu les deux études présentées d’une autre façon que celle-ci par les media, ni même par l’auteur lui-même. Même les professionnels de la santé sont offusqués quand je reprends les résultats en utilisant l’allaitement comme référence : les enfants nourris artificiellement, comme les enfants des fumeurs, avaient des QI moins élevés.

 

Inverser la réalité devient encore plus trompeur quand on utilise les pourcentages, car les chiffres changent selon ce qu’on utilise comme référence. Si B représente les 3/4 de A, alors A correspond à 4/3 de B. Choisissez A comme référence, alors B est de 25 % inférieur à A. Choisissez B comme référence, alors A est de 33,33 % supérieur à B. Donc, si un objet coûte 100 unités et que cet objet est mis en vente « à moins 25% » du prix d’origine, son prix devient 75 unités. Donc pour retrouver le prix initial il faut faire une augmentation de 33,33 %. .

Les mêmes chiffres apparaissent dans une étude récente qui a montré une “diminution de 25%” des taux de cancer du sein parmi les femmes qui avaient été allaités quand elles étaient bébés. Réécris en prenant l’allaitement comme la norme, on observe une augmentation de 33,33 % des taux de cancer du sein chez les femmes qui ont été nourries artificiellement. Imaginez la différence d’impact que ces deux phrases pourraient avoir sur le public.

 

3/ Spécial.

 

“L’allaitement crée une relation spéciale”. “Aménagez un coin spécial pour l’allaitement”. Dans notre famille, préparer des repas spéciaux prend beaucoup de temps. Les occasions spéciales signifient une surcharge de travail. “Spécial” c’est bien, mais c’est aussi plus compliqué, ça ne fait pas partie de la vie quotidienne et ce n’est pas quelque chose qu’on a envie de faire très souvent. Pour la plupart des femmes l’allaitement doit rentrer facilement dans un quotidien chargée—et bien sûr c’est le cas. « Spécial » est un mot de sevrage, pas d’allaitement.

 

4/ Le lait maternel est le meilleur; le lait artificiel vient en 2ième.

 

Pas si on se fie à l’Organisation Mondiale de la Santé. Selon l’OMS, la hiérarchie est la suivante :

1/ l’allaitement ;

2/ le lait de la mère exprimé et donné à l’enfant autrement qu’au sein ;

3/ le lait d’une autre maman ; et

4/ la nourriture artificielle

 

Nous devons garder clairement ceci à l’esprit, et le dire clairement aux autres. « La deuxième meilleure chose après le lait de la mère elle-même c’est le lait d’une autre mère, pas une bouteille de lait artificiel ». L’échantillon qui est si bien placé sur l’étagère chez le médecin n’est que la 4ième solution face à un problème d’allaitement.

 

Il y a un vrai besoin de lait artificiel dans certaines situations. C’est seulement parce que nous n’avons pas de banques de lait humain. La personne qui a besoin de sang humain ne se contente pas d’un substitut en 4ième position ; il existe des banques de sang qui fournissent du sang humain pour les êtres humains. Il n’y a pas besoin d’avoir une maladie spéciale pour être admissible, tout ce qu’il faut c’est être en manque de sang. Par contre seuls les enfants qui ne peuvent pas tolérer la nourriture de 4ième catégorie sont assez privilégiés pour recevoir le troisième choix. Je me demande ce qui arriverait si un substitut du sang humain relativement peu onéreux mais plus risqué pour la santé que le sang de donneurs humains était mis sur le marché. Qui serait considéré comme assez peu important pour le recevoir ? Quand on est amené à fournir du lait artificiel à une patiente, rappelons-lui ainsi qu’aux professionnels de la santé qui la soignent qu’il devrait exister du lait humain en banque. Les banques de lait seront davantage susceptibles de faire partie de notre paysage si elles font d’abord partie de notre langage.

 

5/ Nous ne voulons pas culpabiliser les mères qui donnent des biberons.

 

La culpabilité est une notion que bien des femmes adoptent systématiquement, même si elles savent que les choses sont vraiment hors de leur contrôle (ma mère s’est déjà excusé pour le temps qu’il fait!).

 

La croyance quasi-systématique en leur culpabilité est évidente dans les réponses que les femmes offrent au scénario suivant :  « supposons que vous ayez pris une leçon d’aérodynamique. Vous avez aussi vu des pilotes piloter des avions. Maintenant, imaginons que vous soyez le passager d’un avion à 2 places. Le pilote a une crise cardiaque, et c’est à vous de piloter l’avion, et vous écrasez l’avion à terre. Vous sentez-vous coupable ? »

 

Les hommes à qui j’ai posé la question ont répondu “Non, parce que j’aurai fait de mon mieux”. « Non, je me sentirais peut-être très triste pour le pilote et pour l’avion, mais je ne me sentirais pas coupable. » « Non, les avions sont compliqués à piloter, même si vous avez déjà vu quelqu’un le faire. »

 

Qu’est-ce que les femmes répondent ? « Je ne me sentirais pas coupable par rapport à l’avion, mais peut-être pour le pilote, car il y avait quand même une petite chance pour que je fasse atterrir l’avion. » « Oui, car je suis très dure avec moi-même et mes erreurs. Se sentir mal et se sentir coupable sont deux sentiments mêlés pour moi ». « Oui, je veux dire bien sûr je sais que je ne devrais pas, mais probablement que oui, je me sentirais coupable. » « Est-ce que j’ai tué quelqu’un d’autre ? Si je n’ai pas tué quelqu’un d’autre, alors je ne me sentirais pas coupable. » Prenez note des phrases « mes erreurs », « je sais que je ne devrais pas » et « est-ce que j’ai tué quelqu’un? » pour un évènement sur lequel les femmes n’avaient aucun contrôle.

 

La mère qui prend la décision de ne pas allaiter, ou qui n’allaite pas aussi longtemps qu’elle l’avait prévu, fait du mieux qu’elle peut avec les moyens qu’elle a. Elle a peut-être reçu le “topo” habituel de “l’allaitement c’est meilleur” (le cours d’aérodynamique) et elle a peut-être vu quelques mères allaiter au centre commercial (comme regarder le pilote dans un film au cinéma). Ce n’est évidement pas assez d’information ou d’entraînement. Mais elle se sentira quand même coupable, parce qu’elle est une femme.

 

La plupart d’entre nous avons vu des mères bien renseignées se battre sans succès pour établir leur lactation, et opter pour le biberon sans regrets parce qu’elles ont fait de leur mieux. Mais nous avons aussi vu des mères moins bien informées enrager contre un système quand elles découvrent trop tard qu’il ne leur a pas fournis les informations dont elles avaient besoin. Aidez une mère qui vous dit se sentir coupable à analyser ses sentiments, et vous allez peut-être faire émerger une émotion bien différente. Quelqu’un a proposé il y a bien longtemps le mot « culpabilité » à ces mères. Ce n’est pas le bon mot.

 

Imaginez ceci : vous êtes resté handicapé après un accident sérieux. Vos médecins et kinésithérapeutes vous expliquent que réapprendre à marcher vous prendra des mois d’un labeur ardu et douloureux, sans garantie de réussite. Ils vous aident à vous accommoder à la vie en fauteuil roulant, et vous supportent à travers les difficultés qui en résultent. Vingt ans plus tard, quand vos jambes sont trop attrophiées pour revenir en arrière, vous rencontrez une personne qui a vécu un accident identique au vôtre. « Ca a été difficile » vous dit-t-elle. «J’ai vécu 3 mois d’enfer. Mais depuis, je marche. ». Vous sentiriez-vous toujours coupable?

 

Les femmes à qui j’ai soumis ce scénario m’ont dit qu’elles auraient ressentis de la colère, un sentiment de trahison, et de tromperie. Elles auraient voulu pouvoir tout recommencer avec les bonnes informations. Elles éprouveraient du regret pour toutes les opportunités perdues. Certaines d’entre elles disent qu’elles se seraient senti coupables de ne pas avoir recherché d’autres opinions, pour n’avoir pas persévéré même en l’absence d’information et de soutien.

Mais mis à part la culpabilité propre aux femmes en général, on ne se sent pas coupable d’avoir été privé d’un plaisir. La mère qui n’allaite pas nuit à sa propre santé, élève ses enfants avec plus de difficulté et de dépenses et quelque chose de très élémentaire manquera à son bien-être. Alors quelle image des satisfactions de l’allaitement transmettons-nous au grand public en utilisant le terme « culpabilité » ?

 

Réécrivons la phrase, en utilisant les mots que les femmes elles-mêmes utilisent : “Nous ne voulons pas mettre en colère les mères qui utilisent des biberons. Nous ne voulons pas qu’elles se sentent trahies. Nous ne voulons pas qu’elles se sentent trompées.” Décortiquez les implications de “nous ne voulons pas qu’elles se sentent coupables ”, et vous trouvez un système qui cherche à couvrir ses propres défaillances. Pas pour protéger les mères, pour se protéger lui-même. Soyons honnêtes avec les mères, encourageons-les quand leur allaitement ne marche pas, et aidons-les à dépasser ce mot inapproprié et inexact.

 

6/Pour et contre, avantages et désavantages.

 

L’allaitement est un problème très immédiat de santé–et non pas une possibilité parmi deux choix équivalents. « L’un des désavantages du non-tabagisme est qu’on est peut-être davantage gêné par la fumée des autres. L’un des avantages du tabagisme est qu’il peut contribuer à une perte de poids. » Alors que le vrai problème dans ce cas est un taux de morbidité et de mortalité plus élevé. Le reste--que l’on parle du tabac ou des laits industriels pour bébé--n’est…que la fumée.

 

Une grande maternité utilise une approche « comparative » à l’aide d’une « liste de préférences concernant la nourriture du nourrisson » . Celle-ci inclue les selles inodores et le retour de l’utérus à son volume normal parmi les cinq avantages de l’allaitement. (Cela signifie-t-il que l’utérus des mères qui donnent le biberon ne revient jamais à la normale ?) Les seins qui coulent et l’incapacité de savoir combien le bébé prend sont inclus dans une liste de quatre lignes sur les désavantages de l’allaitement. L’un des avantages de l’allaitement artificiel est que certaines mères trouvent ça “moins inhibant et moins gênant”. La maternité note une bonne acceptation du personnel médical de la pédiatrie et pas de changement notable dans les taux d’allaitement ou de non-allaitement. Ce n’est pas surprenant, les informations fournies ne sont pas tellement différentes des listes « comparatives » que les vendeurs de lait artificiel colportent depuis des années.

Le baratin est peut être même plus efficace maintenant parce qu’il porte clairement le soutien de l’hôpital. La mère, « parfaitement informée », se sent maintenant rassurée pour prendre une décision de santé qui concerne la vie entière (la sienne et celle de son enfant) basée sur les odeurs des couches et la quantité de peau à montrer durant la tétée.

 

Pourquoi est-ce que les industriels offrent des listes de « pour et contre » qui reconnaissent quelques uns des défauts de leur produit ? Parce que de toutes les façons n’importe quel approche « comparative » qui s’exprime dans une culture fortement imprégnée de préjugés favorise automatiquement le préjugé. Si A et B sont presque équivalents, mais que plus que 90% des mères choisissent finalement la solution B, comme c’est le cas aux États-Unis (selon une étude inédite portant sur 1002 mères, financée par les Laboratoires Ross, moins que 10% des mères nord-américaines allaitent pendant un an), il devient raisonnable de suivre la majorité. S’il y avait une différence importante entre les deux solutions, bien sur que les professionnels de la santé le diraient, plutôt que de mettre un point d’honneur à ne pas se mêler du processus décisionnel.

 

Il s’agit d’un choix parental, c’est vrai. Mais ne pas s’impliquer dans la prise de décision implique que la liste « comparative » soit au moins exacte.

Dans un numéro récent de la revue « Parenting », un pédiatre commente « Quand je visite pour la première fois une nouvelle mère à l’hôpital, je lui demande ‘allez-vous allaiter ou donner des biberons ?’. Si elle me dit qu’elle va utiliser des biberons, je hoche la tête et je dis ‘Ok’ et je passe à la question suivante. Épauler les nouveaux parents veut dire les soutenir quels que soient les choix qu’ils font ; on ne rentre pas dans la chambre d’une nouvelle accouchée pour lui dire qu’elle fait une terrible erreur, et qu’elle se prive elle et son enfant de quelque chose d’important. »

 

Mais si une femme annonçait à son médecin au cours d’une consultation de routine qu’elle vient juste de commencer à fumer, le médecin voudrait être bien sûr qu’elle comprend les dangers du tabagisme, en argumentant du fait que que le plus tôt est le mieux pour changer d’avis. C’est hypocrite et irresponsable d’avoir une position claire sur le tabagisme et “laisser les parents décider” à propos de l’allaitement sans s’être assuré avant qu’ils possèdent toutes les informations pour le faire. C’est toujours à l’individu de faire ses propres choix dans la vie, mais cela ne signifie pas pour autant que ses sources d’information devraient rester muettes ni que les parents qui choisissent de donner des biberons devraient être privés d’une information qui pourrait les inciter à un faire un autre choix pour l’enfant suivant.

 

7/ L’allaitement.

 

La plupart des autres mammifères ne voient jamais leur propre lait, et je doute fort qu’aucune mère mammifère n’impose à son rejeton un intervalle entre deux tétées basé sur ce qu’elle pense que devrait être l’appétit de son petit. L’allaitement calme ses petits, et sûrement c’est bon pour eux. Nous sommes les seuls mammifères qui utilisons l’allaitement de façon consciente pour transférer des calories…et nous sommes les seuls mammifères qui présentons des problèmes chroniques pour réaliser ce transfert.

 

Les femmes disent parfois qu’elles ont « donné le sein » pendant trois mois, mais elles disent le plus souvent qu’elles ont « nourri » leur enfant durant trois ans. Un allaitement facile, de longue durée implique l’oubli du « sein » et de la « nourriture » (et de la durée, de l’intervalle entre deux tétées, de la transmission des nutriments dans les bonnes proportions, et la différence entre les tétées nutritives et non-nutritives, tout ce sur quoi se concentrent les baratins des industriels du lait artificiel…) et implique plutôt de se concentrer sur l’aspect relationnel. Disons aux mères qu’on espère qu’elles ne vont pas « donner le sein »--que les vraies joies et les vraies satisfactions de ce vécu commencent quand elles arrêtent de « donner le sein » et qu’elles commencent à « materner au sein », voire « nourrir les esprits de leurs petits ».

 

Nous tous, dans la profession, voulons que l’allaitement soit notre point de référence biologique. Nous voulons que ça soit la norme culturelle ; nous voulons que le lait humain soit disponible pour tous les bébés humains, quelles que soient les circonstances. Un premier pas vital qui nous mènera à atteindre ces buts est à la portée de nous tous. Tout ce qu’il faut faire c’est…attention à notre langage.

 

 

Publié dans Allaitement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ninelle 14/04/2010 14:24



Pour information, les 3 derniers paragraphes n’ont pas été écrits par l’auteur de l’article ! S’ils ne sont pas de vous, le mieux serait de les enlever, plutôt que de les attribuer à Diane
Wiessinger…



Magali 14/04/2010 20:36



Ah oui, j'avais recopié sur un site (dont le lien est out !), il ne se voyait pas qu'il ne s'agissait pas des écrits de Diane Wiessinger ! merci :-)



Stephanie 21/08/2009 22:58

Merci pour cet article qui remet les choses en perspective. Pour ma part je reepecte tous les points de vue. Mais j'en ai vraiment assez des remarques parce que j'allaite mon fils de 13 mois encore 2 fois par jours, y compris par des professionnels de santé. Rares sont ceux qui me soutiennent. Ce n'est pas toujours facile d'être une bête curieuse alors qu'on est convaincu de faire ce qu'il faut !amicalement.

elodie 11/07/2009 14:32

Je suis une professionnelle de santé (infirmière), j'ai 3 enfants, désirés plus que tout, portés et élévés avec amour.  Les 2 ainés ,qui sont scolarisés, n'ont aucun problèmes d'apprentissage.  Ma fille qui à 3 mois, n'est que sourires, babillages et joie de vivre, qui fait des nuits de 12h . C'est vrai que sont caca pue!!! Mais bon.  Et oui, j'ai nourri mes enfants (ou empoisonné ??) au biberon!!! Ils ne sont jamais malades (mes  fils, ne sont pas allés chez le medecin depuis 2 ans environ , mis à part pour les vaccins, et oui je les vaccine aussi !!!) , n'ont pas d'alllergies, sont heureux de vivre. Et ma fille boit goulument ses biberons tendrement lovée dans les bras de sa maman, de son papa, de ses frères, de ses grands-pranents, de ses tatas, tontons, cousins, voisins, voisines.... Elle s'ouvre au monde et aux gens, et ne sera pas introvertis, craintives, sauvages..... elle aura juste son caca qui pue!!! Mais, bon, je connait personne qui ch... des roses!

Magali 23/07/2009 22:34


Et oui Elodie quand tu parles de tes enfants, tu parles aussi de la majorité d'entre nous parents autour de 30 ans. Nous aussi surement sommes sociables, élevés dans l'amour, sans diffcultés
d'apprentissages...et non allaité ! tu parles de moi, de ma voisine, toi, ou ta tante...

Cet article, si je l'ai bien compris, n'a pas vocation à dire que enfants non-allaités = enfants qui a tous les defauts et enfant allaités = enfants parfaits !
Il remet juste dans la réalité biologique : un enfant est fait pour recevoir du lait humain. Point.
Et faire un choix culturel ne donne pas toutes les tares, il est juste pas..."normal".
Je ne cherche pas à connaitre tes raisons mais probablement que tu as senti les choses comme dans le 1 er paragraphe parce que justement, le lait artificiel est considéré comme normal, ce qui n'est
pas le cas.
Le lait artificiel a été mis au point au départ pour sauver des bébés et en ce sens il a toute sa place. Mais qu'il créer des enfants malades (même si cela ne se voit pas tout de suite), non cela
n'est plus logique d'un point de vue de la santé, mais uniquement de logique economique.

Pour faire le parallèle avec les conditions de grossesse et de naissance : En Afrique du Sud, il y a 65% de césariennes, sais tu pourquoi ? parce que les gynécos là bas, disent aux femmes que leur
vagin est reservé au mari et qu'il ne faut pas le partager avec l'enfant, ni risquer de l'abimer !!
De même que les recherches d'utérus artificiels sont faites sous l'idée valable de permettre à des couples pour qui une grossesse n'est plus possible d'avoir un enfant. Et quand cela sera utilisé
pour la majorité des femmes pour les "libérer", "moins les fatiguer", "être plus rentable au travail, voir l'arrêter juste quelques jours après la "naissance" histoire de faire un peu
connaissance"...cela ne sera pas choquant si les mêmes arguments sont utilisés pour dire que la grossesse utérine donne des enfants moins maldes, avec un QI supérieur, moins de stress...
Ces 2 exemples font totalement extra terrestre et probablement te choquerons t'il davantage mais c'est exactement pareil que lorsque l'on parle du non-allaitement.

Par ailleurs, je m'interroge toujours sur les mères qui malgré des enfants parfaits non-allaités cherchent à lire les articles sur l'allaitement. Dans mon cas, il ne me viendrait pas à l'idée de
lire un livre sur les joies du biberon...

Ps : et je connais des mamans allaitantes dont je ne supporte pas le maternage et des mamans non-allaitantes avec qui je me sent proche parce qu'elles ont une vision de l'enfance qui me correspond
;-)


Natacha 08/07/2009 10:50

C'est clair, difficile de ne pas froisser, mais comme le di le dicton, "il n'y a que la vérité qui blesse" (même si je n'aime pas trop ce dicton...), c'est vraiment ça.Cet article remet les choses à leur place, et c'est très bien! Pour nous qui prônons l'allaitement maternel, ça remet les pendules à l'heure ausi au sujet de "ne pas vouloir culpabiliser". Bien sûr au quotidien, il faut faire passer le message de façon douce, mais le faire tout de même passer! merci d'avoir partager cet article, je le fait figurer sur mon forum, et je l'imprime aussi!

Agnès 30/04/2009 15:59

J'ai allaité déjà 2 mois car je le souhaitais puisque c'est naturel et "normal" pour moi mais je le vis très mal à cause du reflux gastrique de mon bébé qui, du coup, a du mal à manger et à dormir. C'est épuisant un bébé qui ne dort pas et qui n'est pas bien dans sa peau, qui n'a pas l'air de prendre plaisir à téter. Et allaiter aussi est épuisant. Je vais donc passer au biberon, au moins partiellement, de façon à ce que son père puisse aussi le nourrir quand je suis à bout. D'après le dernier paragraphe, puisque je connais pleinement toutes les informations à propos de l'allaitement/biberon, je ne suis pas prête pour avoir un enfant simplement pour cette raison ? C'est peut-être vrai, mais enfin avant la pilule on ne se demandait pas tellement si on était prêt ou pas pour avoir des enfants, et l'humanité n'a pas vraiment changé depuis ce temps-là... alors doit-on se torturer les méninges pour savoir si on est prêt quand on ne souhaite pas allaiter (ou se forcer et souffrir terriblement de la fatigue au point de ne plus vouloir voir son enfant alors qu'on aurait jamais cru en arriver là ?). Cela dit, je n'ai peut-être pas bien compris la fin du texte (je suis très fatiguée...).

Magali 30/04/2009 22:07


Agnés, je lis bcp de fatigue et de désespoirs dans ce message !
Ce texte est très provoc et remue bcp de chose chez toutes les mères même celles qui allaitent sans "pb".
Je vous souhaite du courage avec votre bébé mais au risque de me mèler de ce qui ne me regarde pas : un bébé non allaité avec un reflux est pareil voir pire qu'un bébé allaité. Le reflux est
aggravé par le LA (car souvent en lien avec les protéines de lait de vache) et le bébé ne peut absolument pas être posé avant 1h/1h30 après le bib au risque qu'il vomisse absolument tout avec des
brulures à l'oesophage suplémentaire qu'avec du LM car l'acidité gastrique et les quantités sont supérieure avec du LA.
L'allaitement qui fatigue fait parti des nombreux mythes, parce qu'en fait répondre aux besoins d'un bébé (allaité ou non) est épuisant et d'autant plus si l'on essaie de garder sa vie d'avant
(menage, sommeil aux horaires habituels et non ceux du bébé...) et encore plus si le bébé a des pb de santé ;-)